le polar européen en ligne de mire

n°9 Mai-Juin-Juillet 2007

 

>> Lecture

Febrero todavía
José Luis Serrano

Editions Roca, 2006 (1ère édition : 2001), 300 pages

Javier Sánchez Zapatero
Traduction : Jean-Michel Joubert

 

Avec Petra Delicado, Bárbara Arenas y Lonia Guiu, Amparo Larios constitue le poker de dames du roman noir espagnol. Créée en 2000 par José Luis Serrano écrivain et professeur d'université, Larios est une avocate de Grenade, sceptique et désenchantée qui, sur le point d'affronter la « crise de la quarantaine » se trouve impliquée dans diverses intrigues. Dans Febrero todavía, le second roman où elle apparaît, (publié une première fois en 2001 et récemment réédité par la maison d'édition Roca) la mort étrange d'une jeune femme constitue le déclic à partir duquel la vie routinière et quelque peu déprimante du personnage principal se transforme en aventure pleine d'émotions et de surprises. Présentant les caractéristiques essentielles du  «  détective amateur » - celui qui, sans se consacrer professionnellement au métier de policier finit par en jouer le rôle routinier en étant impliqué dans une affaire délictuelle - Larios se trouve entraînée dans l'affaire par son double statut d'associée d'un des meilleurs amis de la victime et d'avocate personnelle de quelques-uns des principaux suspects.

Roman d'ambiance et de personnages, Febrero todavía réussit à bâtir, sur un arrière-plan d'enquête, un magnifique portrait de son héroïne et de la ville qui sert de décor. Amparo Larios est une femme séduisante, qui doit agir dans un monde d'hommes et qui ne paraît trouver que dans les intrigues auxquelles elle est mêlée de temps à autre, le stimulus nécessaire pour supporter son perpétuel sentiment de doute, accentué dans l'histoire, par une récente déception amoureuse et par le contraste dû au fait que l'action se situe pendant les fêtes de Noël, au cours desquelles la sensation de bonheur, prétendue et imposée, ne fait qu'aggraver la crise personnelle de l'héroïne. Le décor de ses aventures, la ville de Grenade, devient un personnage supplémentaire du roman auquel elle apporte le charme mystérieux de ses rues et de ses monuments métissés ainsi que le scénario urbain, qui tourne un peu ici à la peinture de mœurs, dont tout roman noir a besoin pour refléter l'esprit d'une société en perpétuelle transition, au sein de laquelle la vie semble avoir toujours moins de valeur et où la mort peut apparaître dans le moindre recoin.

Le reflet de l'actualité sociale et politique et l'intention de dépasser les composantes de mystère et d'intrigue desquelles part tout roman noir sont mises en évidence par l'auteur lui-même qui, par une décision surprenante et originale et pour le bénéfice supposé des lecteurs, indique quel chapitre il est indispensable de lire pour comprendre la trame policière proprement dite et quels chapitres sont dédiés à tout ce qui n'est pas nécessaire pour l'apparition de la vérité, oubliant de ce fait qu'un récit est un ensemble beaucoup plus riche que la somme de ses éléments.


powered by FreeFind

© 2005 europolar

Accueil | Edito | Rédaction | Traducteurs | Archives | Liens | Webmaster | Plan du site | Webmaster : Emma