Europolar is back on line
Accueil arrow Critiques arrow Saskia Noort: 2 romans
Saskia Noort: 2 romans Convertir en PDF Version imprimable
crit par Sabine Vanacker   
05-02-2010

Saskia Noort
Retour vers la côte et Petits meurtres entre voisins
 

 

Traduit par Marie-Anne Lucas

Le thriller est un genre ouvert et variable, qui n'est pas soumis aux conventions plus codifiées du roman policier classique ou noir. Selon Jerry Palmer, le thriller est une machine « conçue pour faire monter progressivement l'excitation » (Palmer 1978, p.57), et il est donc nécessaire que son intrigue soit guidée par le suspense. En outre, le propre des thrillers est d'aborder les préoccupations de la société moderne, les nouvelles peurs et les dangers du monde contemporain ; le thriller psychologique excelle d'ailleurs dans cet exercice.

Aux Pays-Bas, Saskia Noort a vu sa popularité reconnue et confortée lorsque son court roman Afgunst (Envie, 2007) a été retenu par l'Association pour la Promotion Collective du Livre Néerlandais, pour l'événement annuel du « Mois du Livre Palpitant », le terme fourre-tout utilisé aux Pays-Bas pour désigner le thriller. Ce livre raconte l'histoire de Susan, une écrivaine à succès qui, à la suite d'une lecture publique d'un de ses livres, se voit tout d'abord suivie, puis kidnappée par son ancien amant, un écrivain raté. Le roman s'ouvre sur une citation de Winston Churchill : « Vous avez des ennemis. Eh bien tant mieux. Cela veut dire que vous avez pris le parti de quelque chose, à un moment de votre vie. » (Noort 2007, 5), puis selon les chapitres la narration mêle les points de vue : celui de l'amant de Susan, qui l'a enlevée, et celui de la victime elle-même.

ImageDans Retour vers la côte (2009), roman de Noort dont la traduction est toute récente, le personnage de Maria Vos est lui-aussi la cible d'un rôdeur et correspondant anonyme qui la menace. A première vue, Maria craint s'être attirée les foudres d'un militant anti-avortement détraqué, puisqu'elle a avorté il y a peu. Ceci l'amène à retourner, avec ses enfants, dans la ville de bord de mer où elle a passé son enfance. Chanteuse dans un groupe au succès modeste, mais aussi musicienne accomplie, Maria est également sous le feu des projecteurs. Il perdure chez elle, comme chez Susan, une sorte de culpabilité relative à son agression, un sentiment de honte et de paranoïa, comme si sa confiance en elle et son indépendance de jeune femme lui avaient valu cette sinistre attention : « Et pendant que je me sacrifiais, nuit après nuit, avide de célébrité et de reconnaissance, un dangereux maniaque m'avait repérée. En réalité, si j'étais à sa merci, c'était par ma faute. Si mes choix avaient été différents, rien de tout ceci ne serait arrivé. » (Back to the Coast, 78). 

Retour vers la côte se situe dans la veine des polars du type « Cherchez le coupable », si ce n'est que la victime est toujours en vie. Les gens qui l'entourent sont soupçonnés les uns après les autres : Steve, le père de son premier enfant ; Geert le dépressif, dernier amant en date, le père de l'enfant dont elle a avorté ; sa sœur Ans et son beau-frère comptable. La paranoïa de Maria s'aggrave à tel point qu'elle a l'impression que ses enfants s'éloignent d'elle pour se rapprocher de sa sœur, une femme plus solide et plus rassurante. Tout comme Envie, Retour vers la côte met en scène un personnage féminin qui doit au bout du compte s'en remettre à elle seule, afin d'échapper à une situation de plus en plus désespérée. L'angoisse des temps modernes évoquée dans ces romans est une peur très féminine, celle de finir complètement isolée, délaissée, la peur d'être pointée du doigt et mise à l'écart à cause d'une vie trop indépendante, d'une trop grande confiance.

Une grande part de l'univers de Saskia Noort se rapporte aux traits distinctifs de la génération moderne et confiante des trentenaires. Son roman le plus attrayant est, de loin, Petits meurtres entre voisins (2006), qui se déroule dans un milieu de jeunes professionnels aisés, des hommes et femmes d'affaires au plus fort de leur réussite, mais aussi vulnérables, bien trop confiants alors même qu'ils vivent dans un vrai château de cartes. Le succès qu'ils rencontrent, leur suffisance - eux qui achètent voitures et villas et vivent dans un tourbillon de fêtes et de boissons - les rendent aveugles à leurs faiblesses. Comme dans les deux autres romans de Noort, Karen se voit obligée de réfléchir sur sa vie et sa réussite en tant que femme et en tant que mère. Elle en vient à se méfier de son formidable cercle d'amis, des voisines avec lesquelles elle dîne régulièrement et de leurs maris qui ont réussi. Petits meurtres entre voisins met en scène des femmes pour qui tout semble aller pour le mieux : elles ont un mari riche qui travaille à son compte, une superbe maison de campagne et elles travaillent parfois même un peu de leur côté. Bienvenus dans un monde de 4X4 et de décorations de jardins - comme l'annonce la couverture, « Imaginez Desperate Housewives revu et corrigé par Patricia Highsmith » - une vie de fêtes endiablées et de virées shoppings où l'on ne se refuse rien. Peut-être est-ce une manifestation de culpabilité protestante à la hollandaise : tous ces gens merveilleux semblent eux aussi aller droit dans le mur, projetés vers l'inévitable dissolution de leur cercle d'amis et de leur vie.

ImageLes romans de Noort se lisent facilement, et les lecteurs sont amenés avec brio vers le dénouement final de l'intrigue ; pourtant certaines fins sont prévisibles, surtout pour ceux qui sont familiers avec les structures des scénarios de films thrillers. Les intrigues de Noort s'achèvent fréquemment par un coup de théâtre, technique qui devient à la longue un vrai motif prévisible. Ce n'est d'ailleurs pas une surprise que le long-métrage Retour vers la côte, sorti tout récemment aux Pays-Bas, ait rencontré un large succès. Cependant, ce sont surtout les personnages féminins de Noort qui attirent, de jeunes femmes modernes et ambitieuses, créatives, pleines de ressources, et véritables créatures sexuelles. De plus, il faut noter un agréable changement : les héroïnes de Noort ne sont jamais idéalisées - leurs défauts sont même très visibles - mais elles ne sont pas non plus les stéréotypes des femmes vulnérables que l'on retrouve dans le roman policier un peu démodé. En outre - ce qui est d'autant plus plaisant - ces personnages féminins ont le droit à l'erreur, elles ont le droit de se marier avec des hommes attirants qui ne leur suffisent pas, d'avoir des amants peu convenables, d'être incapables de résister à leurs désirs sexuels ou à une nuit d'amour adultère un rien rustique. Ce sont des femmes de chair et de sang, qui réagissent très clairement aux hommes qu'elles rencontrent de manière ouvertement lascive ; et Noort analyse en détails les jeux de pouvoir qui opèrent dans les relations amoureuses, les risques encourus lorsque l'on plaque tout pour un homme, que l'on est « trop impulsive, trop paresseuse, trop dispersée » (Retour vers la côte, 18). Tout ceci sans compter le danger d'être trop soumise à un amant. Maria et Susan se sont toutes deux émancipées du joug masculin et des mauvais traitements : « l'addiction » de Maria pour Steve, à la fois son premier amant et son directeur, prend fin lorsque la police vient l'embarquer de force, tandis que le personnage de Ernst, beaucoup plus sinistre, se charge de démolir sa petite amie Susan en faisant d'elle une authentique femme battue. Saskia Noort écrit des intrigues palpitantes et pleines de rebondissements, qui sont porteuses d'un message féministe au sens large. Elle fait état de la saine paranoïa de la femme moderne : les amants peuvent vous quitter, les maris peuvent vous tromper et vos enfants aussi peuvent être infidèles. Une femme doit être prête à tout...


  

Sources:

Noort, Saskia.  2007.  Afgunst (Jealousy).  Amsterdam: Stichting Collective Propaganda van het Nederlandse Boek/Ambo¦Anthos. 

Noort, Saskia.  2009.  Back to the Coast.  London: Bitter Lemon Press.  (première edition néerlandaise en Mars 2003)

Noort, Saskia.  2006.  The Dinner Club.  London: Bitter Lemon Press. 

Palmer, Jerry.  1978.  Thrillers: Genesis and Structure of a Popular Genre.  London: Edward Arnold. 

Dernire mise jour : ( 08-02-2010 )
 
< Prcdent   Suivant >
© 2017 Europolar- powered by jl2i.com
Joomla! est un logiciel libre distribu sous licence GNU/GPL.

Design by syahzul, FlexiSaga.com