Europolar is back on line
Accueil arrow Articles/ essais arrow Dominique Manotti: Mai 68
Dominique Manotti: Mai 68 Convertir en PDF Version imprimable
15-06-2008

Mai 68...

Mai 68... J'avais 25 ans. L'âge n'est pas indifférent. 25 ans, cela veut dire que j'étais déjà profondément engagée dans la vie politique. Je ne suis pas une enfant de 68, mais de la guerre d'Algérie. J'avais déjà une très solide formation intellectuelle, marxiste, à travers laquelle je lisais le monde, et je le lis toujours. Et je savais déjà, avant mai 68, que l'effondrement idéologique du monde "du socialisme réel" était irrémédiable, et allait façonner le cours de notre histoire. Bien plus, j'avais le sentiment d'avoir contribué, par mes luttes, à cet ébranlement. 68 est arrivé comme une immense espérance. J'ai cru qu'il allait être possible de construire une autre société, non par le militantisme effréné de groupes politiques isolés, mais par une profond mouvement de la société toute entière, une sorte de lame de fond. Et je l'ai cru pendant plus de dix ans, jusqu'à l'élection de Mitterrand, en 1981. Là, il a bien fallu faire les comptes, et solder les espérances. Si j'essaie de faire un bilan strictement personnel, que me reste-t-il de ces années d'espérance et de combat? Beaucoup de choses fondamentales. D'abord, j'ai appris à rencontre, et écouter, les gens, puisqu'en ces temps là, tout le monde avait quelque chose à dire, et cherchait à se faire entendre. Ecouter, loin des a priori et des certitudes. Etre capable d'entendre les nuances, les repentirs, les non dits. L'écriture, à mon sens, commence là, dans cette disponibilité, cette attention, en profondeur et en finesse. Et, tout aussi importante, la certitude acquise à cette époque que tout individu, quelle que soit sa place dans la société, a une histoire personnelle originale, potentiellement romanesque.

Je n'ai commencé à écrire que bien plus tard, en 93-95, quand l'amertume extrême de la défaite a commencé à être digérée. Mais depuis que j'écris, les hommes et les femmes que j'ai rencontrés à cette époque ne cessent de peupler mon imaginaire. Parce que, en ce temps là, les rencontres étaient plus faciles, moins stéréotypées, plus engagées et plus fécondes.

Nostalgie franchement passéiste. Mais vous l'avez voulu. On n'évoque pas impunément de tels souvenirs.

Dernire mise jour : ( 29-08-2008 )
 
< Prcdent   Suivant >
© 2017 Europolar- powered by jl2i.com
Joomla! est un logiciel libre distribu sous licence GNU/GPL.

Design by syahzul, FlexiSaga.com