Europolar is back on line
Accueil arrow Critiques arrow La Première mort
La Première mort Convertir en PDF Version imprimable
05-07-2008

La Première mort

L'Atelier de presse (www.atelierdepresse.com), éditeur spécialisé dans le format électronique, mais sans délaisser le livre papier, réédite La Première mort dans la collection L’Atelier Noir, le premier roman de Patrick Eris paru à La Bartavelle en 2000 et devenu introuvable.

ImageValérie Kingsley étudie le journalisme à Amsterdam. Vingt-deux ans, rejetée par des parents qu'une autre époque, une bourse maigrichonne pour payer ses études et des cours d'aérobic au California Gym pour s'en sortir. Jolie fille, Valérie croise désormais son image sur tous les murs d'Amsterdam où elle pose, en compagnie de Julian, pour vanter les mérites du club de gym. Seulement Julian est mort, assassiné. Et l'adjudant Van Duyl n'a trouvé qu'elle pour identifier le corps et mieux connaître la victime. Mais Valérie n'en sait pas plus long sur son ancien amant que tous ceux qui l'ont côtoyé. Car le Julian qu'elle a connu était aussi lisse que son image souriante sur papier glacé. L'adjudant Van Duyl est persuadé qu'elle lui cache des choses. D'où Julian tirait-il ses rentrées d'argent, toujours en liquide. Il était propriétaire de son appartement et avait largement les moyens de son train de vie. Trafic de drogue?...

Ébranlée par sa première confrontation avec la mort, Valérie voit ses défenses se lézarder. Elle qui fonctionnait au courage et à la volonté, s'interdisant de gamberger pour s'en sortir, la voilà devenue toute autre, assaillie de questions, sur Julian et sur elle-même. Au fur et à mesure qu'elle cherche à comprendre ce qui s'est passé, à mieux connaître Julian, elle découvre, derrière le sourire de façade, une vie brisée... identique à la sienne. Réalisant, trop tard, qu'elle est passée à côté de Julian et qu'ils se sont ratés, elle n'a désormais de cesse de trouver l'assassin, pour comprendre son geste...

 

Patrick Eris est également traducteur et cela se sent, dans sa recherche du mot juste, dans ces tâtonnements de langage qui s'intègrent parfaitement au récit et lui donnent son originalité de ton. Cette quête personnelle patine son roman d'un vernis "à la Simenon", où l'apparente simplicité du style et du récit cache d'abyssales interrogations sur l'âme humaine. Son héroïne, bouleversante et crédible de bout en bout, fait partie de ses personnages qui s'incrustent, pour longtemps, dans une mémoire de lecteur.

Dernière mise à jour : ( 19-01-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
© 2017 Europolar- powered by jl2i.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.

Design by syahzul, FlexiSaga.com