Europolar is back on line
Accueil arrow Critiques arrow Théodor Kallifatides: Juste un crime
Théodor Kallifatides: Juste un crime Convertir en PDF Version imprimable
07-04-2009

Théodor Kallifatides

« Juste un crime »

Rivages/thriller,18€

Il semble bien que les éditeurs européens surfent sur la vague du polar nordique à la suite de l'incroyable succès de "Millénium". Parmi toutes ces publications, quelques livres sortent du lot comme ce premier livre traduit chez Rivages de cet auteur suédois. On y découvre la commissaire Kristina Vendel au début d'une crise conjugale et bien évidemment d'une enquête: lors du dégel, un sac remonte à la surface contenant les restes d’une femme assassinée.Juste un crimeSeul indice, une petite croix orthodoxe, indiquerait son origine, mais il faudra beaucoup de patience et de sagacité pour découvrir son identité.
Peu d’éléments à la disposition des enquêteurs et puis surtout une indifférence générale car, bien sûr, qui s’intéresserait à une pauvre clandestine, pute de surcroît ?
Un "whodunit" peut en cacher un autre car ici Madame la commissaire est bien plus intéressée à trouver l'identité de la victime – qui bien sûr la mènera à l'assassin - mais c'est ici surtout par humanité, elle ne  peut disparaître comme cela sans laisser de trace.. Kristina Vendel doit forcément trouver son meurtrier et comprendre pour que l’injustice soit moindre, pour, peut être, un semblant de réparation.
Autre qualité de ce roman la façon de s’intéresser tour à tour à chacun des personnages. Kristina Vandel, doutant de son couple, son adjoint Thomas avec son fils handicapé, Õsten ou bien encore Maria, en butte à la violence de son mari… Cela paraît une narration archi utilisée depuis le 87ème district d'Ed Mc Bain mais Kallifatides s'en sort très bien, le rythme de l'histoire ne souffrant jamais des déboires et malheurs des enquêteurs.
Enfin l'écrivain est le digne héritier de Maj Sjöwall et Per Wahlöö en instillant un  ton éminemment social au roman, la société suédoise n’est pas idyllique, les émigrés n’y sont pas traités mieux qu’ailleurs, la pauvreté et la violence - qui vont de pair - ont eu raison du fameux modèle social démocrate.
Un livre qui détonne dans l'univers du thriller frissonnant et glaçant scandinave. Et on n s'en plaindra pas!

Corinne Naidet


Corinne Naidet, chercheur en génétique est aussi membre fondatrice de l'association La Noir'Rôde

http://www.lanoirode.com/


 

Dernière mise à jour : ( 19-01-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
© 2017 Europolar- powered by jl2i.com
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.

Design by syahzul, FlexiSaga.com