Europolar is back on line
Accueil arrow Entretiens arrow FIRN - Michel Gueorguieff
FIRN - Michel Gueorguieff Convertir en PDF Version imprimable
04-06-2009

F.I.R.N 2009 - interview Michel Gueorguief


Du 22 au 28 juin se déroulera la douzième édition du FIRN à Frontignan. Le Festival International du Roman Noir est devenu au fil des années un des évènements incontournables de la planète polar. Les amateurs et les professionnels aiment à se retrouver sur la place pour profiter des tables rondes et des rencontres avec les écrivains. Une chance pour les fans de polars de  discuter avec des vedettes comme Elmore Leonard, Dennis Lehane, John Harvey mais aussi de découvrir des auteurs moins connus mais tout aussi talentueux. Michel Gueorguieff , le créateur de ce festival nous présente le thème 2009 et ses principaux invités.

ImageComme chaque année, ce festival se décline selon un thème: en 2009, ce sera "Les frontières". Comment avez vous décidé de ce thème?

Le thème de la frontière m'apparaît comme central par rapport  aux problèmes actuels de la société, et par voix de conséquence comme privilégié par le roman noir d'aujourd'hui. Il ne s'agit pas seulement d'aborder la Frontière sous l'aspect géographique qui permet de traiter les questions de l'exil, de  l'immigration et de l'extranéité. Il s'agit de toutes les frontières : sociales, culturelles, éthiques, légales et pourquoi pas littéraires. En fait, aborder les fragiles limites qui séparent l'ordre et le désordre, la loi et l'illégalité, la folie et le raison, le bien et  le mal, c'est accaparer tout le champ du roman noir.

Chaque année est l'occasion d'innover et de découvrir de nouvelles animations. Quelles seront les nouveautés?

Peu de nouveautés dans notre philosophie générale qui tend à  rassembler autour d'un thème fort, des auteurs venus d'horizons différents, de confronter des écrivains de grande notoriété avec  des romanciers méconnus. En revanche nous continuons à ouvrir le Festival à des publics plus nombreux. Si le lieu de la manifestation reste à Frontignan de nombreuses actions ont lieu à Sète, Balaruc et d'autres cités autour du Bassin de Thau ainsi qu'à Montpellier. Par ailleurs nous initions cette année une action vers les détenus de la Maison d'arrêt de Villeneuve lès Maguelone à qui nous avons 
 fait distribuer des romans d'auteurs invités. Après les avoir lu, ils attribueront le prix "Derrière les Murs" à deux  auteurs un en Roman et un en BD, qui viendront les rencontrer le 25 juin.

affiche par EdEt chaque année, le public a l'heureuse surprise de rencontrer de nombreux écrivains, venant de tous horizons, parfois peu connus dans l'hexagone. Comment faites vous votre sélection?

Les deux premières conditions c'est tout d'abord la qualité des ouvrages et l'adéquation des œuvres au thème proposé. Il y a aussi chaque année des opportunités et des coups de cœur. Opportunité de faire venir Tim Willocks que je piste depuis cinq ans. Coup de cœur avec, entre autre, Anne Secret que je ne connaissais pas il y a quelques mois et dont le dernier livre m'a enthousiasmé. D'une manière générale nous tenons compte aussi de la cohérence que doit revêtir chaque débat.

Entre autre, cette année, vous avez invité Tim Willocks, pourquoi cet écrivain?

Willocks est un auteur extraordinaire, d'une profondeur, d'une virtuosité et d'une noirceur exceptionnelle. Je l'avais découvert  il y  a quelques années avec "Bad City Blues" et " Les Rois Écarlates". Et n'ai eu de cesse d'essayer de le faire venir. Impossible d'avoir le moindre contact. Cette année, avec la publication de  "La Religion", ouvrage touffu, baroque et très brillant, nous avons enfin pu entrer en contact avec lui. Il a accepté avec enthousiasme notre invitation ce qui nous comble de joie. C'est un auteur à la fois cultivé, déjanté et subtil. Ceux qui en France encore peu nombreux l'ont déjà lu, en sont en général des inconditionnels. Bref un véritable auteur culte. (voir l'article qu'Europolar consacre à Tim Willocks )


Pour les invités européens, on retrouve José Ovejero, un auteur espagnol dont un livre a été traduit chez Moisson Rouge, "Des vies parallèles", roman dont l'action se situe à Bruxelles. C'est un roman que vous avez envie de défendre…

Bien sûr que je défend "Des Vies Parallèles" de José Ovejero un auteur espagnol qui vit à Bruxelles, c'est un roman très noir, très fort, qui s'inscrit absolument dans la thématique de la Frontière telle que je la ressens.

Autre invité, un anglais, Tom Rob Smith, dont " Enfant 44" est sorti en février chez Belfond, un thriller. Ce genre est une facette incontournable du polar selon vous?

Le thriller représente une part très importante de la littérature policière actuelle surtout auprès du grand public. Bien entendu comme dans tout phénomène de mode, il y a du bon et du moins bon. Mais "Enfant 44 " de Tom Rob Smith dont c'est le premier roman fait partie du bon. Ce qui séduit dans ce livre c'est la description de l'effrayante machine qu'était le système soviétique. Ce n'est pas seulement un thriller c'est un roman sur la résistance de l'homme face au totalitarisme

Le FIRN fait aussi la part belle aux écrivains américains. Cette année Don Winslow et Thomas H. Cook. Comment s'inscrivent' ils dans le thème retenu?

D'abord Thomas Cook et Don Winslow sont à mes yeux deux écrivains majeurs. Toute leur œuvre confronte justement le bien et le mal, la folie et la raison, avec talent. On les voit très peu en France. Winslow jamais à ma connaissance. Le fait qu'ils aient accepté notre invitation honore évidement notre Festival.

Je sais que vous avez apporté un soin extrême à votre programmation et que chaque invitation n'est jamais le fruit du hasard mais toujours un coup de cœur de votre part. Je ne vous demanderais donc pas de choisir parmi vos auteurs et de nous en conseiller un mais j'aimerais que vous nous disiez quelques mots sur l'auteure iranienne Naïri Nahapetian.

Le premier roman de Naîri Nahapetian "Qui a tué l'Ayatollah Kanuni ?" est le premier polar iranien. Il n'a pas seulement pour nous, lecteur français, un charme exotique. Il décrit une société où les valeurs peuvent nous surprendre ou nous révolter. Cette jeune iranienne a quitté son pays après la Révolution Islamique et vit aujourd'hui en France où elle est journaliste. Si il y avait quelqu'un de bien placé pour parler de la Frontière culturelle c'était bien elle.
 


Programme complet : http://www.polar-frontignan.org
Dernire mise jour : ( 30-06-2009 )
 
< Prcdent   Suivant >
© 2017 Europolar- powered by jl2i.com
Joomla! est un logiciel libre distribu sous licence GNU/GPL.

Design by syahzul, FlexiSaga.com