Europolar is back on line
Accueil arrow Critiques arrow Un bateau plein de riz
Un bateau plein de riz Convertir en PDF Version imprimable
04-08-2009

Un bateau plein de riz de Alicia Gimenez Bartlett

Rivages/Noir. 10,50 €


Un bateau plein de rizQuel titre mystérieux pour cette nouvelle affaire (la sixième) de notre inspectrice, attachée à la brigade  criminelle de Barcelone, Petra Delicado ! Elle fait toujours équipe avec Firmin Garzon, son inséparable adjoint et leurs relations sont hors du commun : « Avoir Garzon à mes côtés, c’était comme avoir un mari, un père, un grand-père, mais également un enfant en bas âge. ll fallait marcher sur des œufs pour traiter avec ce genre de parent. »

Un matin, on trouve le corps d’un S.D.F. dans un parc. Il semble avoir été battu à mort. Les bandes de skins qui traînent dans les parages sont immédiatement soupçonnées. Ce qui arrange bien tout le monde : la presse, les citoyens et l’irascible commissaire Corona. Mais pas notre chère Petra. Elle est émue par cette fin solitaire, cette misère et l’indifférence qui l’entoure. Elle subodore une affaire bien plus ample. La découverte d’un deuxième cadavre ne fait que la conforter dans son intuition. Et dans son caractère de cochon.
Car Petra est une femme d’une lucidité redoutable et sa sensibilité est très « chatouilleuse ». Elle vit seule après deux mariages sabordés, une solitude qui lui convient. « L’amour est synonyme de vie en couple et consiste à partager frigo et mauvaise humeur ». Mais son petit monde, le microcosme du commissariat,   s’enrichit avec la jolie Yolanda, jeune « fliquette » pleine de charme et subtile. Et il y a aussi Ricard, un jeune psychologue un peu foutraque qui ne la laisse pas insensible. Elle s’avoue trouver  que les hommes sont « les êtres vivants les plus fascinants au monde, après le colibri ». Désir d’être et de n’être pas amoureuse ? Elle plonge, tout en essayant de garder son quant-à-soi. « Le jour où je serai jalouse de toi, Ricard, ce jour-là je préférerai qu’on m ‘écorche vive plutôt que de l’avouer. » Mais l’amour est si bon et si fort avec Ricard. On a droit à des scènes érotiques torrides et le bonheur qui suit : « ce jeu espiègle et fantastique qu’on appelle baiser, un bras d’honneur à la mélancolie et à la mort. »
Les scènes cocasses se succèdent sans altérer la dynamique du roman. Le dîner avec le fils de Firmin, homosexuel, qui est un enchantement. Comment imaginer pour un père espagnol, un peu macho et flic par-dessus le marché que son fils puisse porter une boucle d’oreille et embrasser un homme  à pleine bouche ! Ces situations font bien sûr penser à Woody Allen. Comme cette réflexion que Petra se fait à elle-même après avoir commis une bévue : « Et voilà, j’avais fait toutes les conneries possibles et inimaginables : insulte à un pauvre cinglé de vieux à cause de ma mauvaise humeur, prise de tête sentimentale avec un type que je connaissais à peine et non-assistance à un collègue embourbé dans des problèmes personnels. C’était parfait ! Que me restait-il à faire ? Balancer un coup de pied à un chien, allonger un pain à une petite vieille, cracher sur un bébé ? ». Lucidité encore et toujours. Même quand il s’agit de sa violence. « J’aimais ça, le dérouiller » reconnaît-t-elle après un passage à tabac plutôt rude d’un suspect.
Comédie de mœurs. Critique sociale acerbe. Avec Un Bateau plein de riz Alicia Giménez Bartlett nous livre, à travers son personnage, Petra Delicado, une vision clairvoyante et acide de la vie de ses contemporains. Son meilleur roman.
Dernire mise jour : ( 18-01-2010 )
 
< Prcdent   Suivant >
© 2017 Europolar- powered by jl2i.com
Joomla! est un logiciel libre distribu sous licence GNU/GPL.

Design by syahzul, FlexiSaga.com