Dr. Alan Christianson: Réinitialisation du métabolisme, santé du foie et pourquoi vous ne pouvez pas pirater un jardin


Les régimes peuvent-ils vous faire prendre du poids au lieu de le perdre?

Il arrive parfois. Comme le dit la doc, il semble que nous vivions dans un monde où chaque jour semble apporter de nouvelles données scientifiques qui annulent toutes les évaluations passées.

Alors, comment savoir si nous mangeons les bons aliments pour les besoins de notre corps?

De retour au spectacle cette semaine pour nous aider à comprendre tout, c’est Dr. Alan Christianson.

Le Dr Christianson est un endocrinologue naturopathique qui se concentre sur thyroïde une fonction, surrénal santé et métabolisme. Il est également un très talentueux cycliste hors route. Vraiment. Et oui, c’est une chose. J'ai .

À propos de cette émission avec Dr. Christianson, vous êtes sur le point d’apprendre:

  • Pourquoi toi ne peut pas pirater un jardin
  • Les inconvénients de faire trop d'exercice
  • Pourquoi le le foie décide si vous gagnez ou perdez de la graisse
  • Comment être en bonne santé ces jours-ci est un coup de chanceet pourquoi nous devrions embrasser cela
  • Et des tonnes plus.

Allons passer du temps avec le doc.

Dr. Alan Christianson: Detox du foie et comment respirer un meilleur air

Abel: Très bien, le Dr Alan Christianson est un endocrinologue naturopathique qui se concentre sur la fonction thyroïdienne, la santé surrénalienne et le métabolisme.

Il est un auteur à succès du New York Times dont les livres comprennent , , et

Vous avez peut-être déjà vu le Dr Christianson à l'émission The Today Show, le Dr OZ et bien d'autres.

Docteur Alan, vous avez eu ma vie entre vos mains à plusieurs reprises dans votre bureau et à l'extérieur du bureau sur une montagne.

Et vous êtes l’une des premières personnes à participer à ce spectacle trois fois. Alors merci, Doc, d'être revenu dans la série.

Mec, c'est génial. Je suis toujours heureux d'avoir une raison de sortir avec vous.

Abel: C'est une explosion. En fait, la dernière fois que nous nous sommes vus, c'était avant une conférence sur la santé.

Et le problème était que nous devions nous réveiller à 3h30 ou 4h00 du matin si nous voulions faire une randonnée avec vous, ce qui se transformait en une ascension du Moine priant en Arizona.

C'était tellement amusant. Vous êtes un excellent leader et je pense qu'il est important que les gens sachent que vous n'êtes pas seulement un homme très professionnel qui sait très bien ce qu'il fait, mais aussi qu'à l'extérieur, vous êtes un gymnaste de plein air à certains égards. .

Et nous pouvons approfondir cela un peu plus.

Mais dans le premier entretien, je pense que c'était juste après que nous ayons parlé pour la première fois. Tu m'as envoyé un texto de toi qui conduisais des monocycles tout-terrain avec ton fils. Il n'y a pas de limite pour le Dr Christianson.

Quoi qu'il en soit, merci d'être à nouveau dans l'émission. Et pourquoi ne commençons-nous pas ici?

Comment pouvez-vous, en une journée où il semble que beaucoup de gens laissent tomber l'activité physique et les activités de plein air alors que les téléphones s'emparent de la vie, comment pouvez-vous rester en équilibre si occupé et productif?

Boy, je pense que pour moi ce serait comme: "Comment ne pourrais-je pas?"

Je pense qu'une fois que vous avez réellement expérimenté comment ces choses peuvent vous centrer, simplement enrichir votre vie et créer tant de sens et de joie, je ne pouvais tout simplement pas en réduire les priorités pour que cela se produise.

Abel: C’est difficile d’être stressé dans la circulation si vous vous baladez dans une falaise ce matin-là, non?

C'est totalement.

Cela met les choses en perspective, comme: «Hé, c’est un peu un frein, mais je ne mourrai pas si je grogne, alors je peux passer à travers ça."

Comment votre foie affecte votre santé

Abel: Absolument.

Vous avez un nouveau livre qui aborde un sujet extrêmement important qui a toujours été très important, mais dont on ne parle pas beaucoup du tout.

Qui est, non seulement le foie lui-même, mais comment le foie affecte notre santé.

Alors commençons par là.

C’est drôle, mais le mot-racine lui-même partage le chevauchement avec le mot vivre. Je suis tombé sur cela.

Hépatos est l'une des origines du mot grec. Mais oui, vous ne pouvez pas vivre sans votre foie.

Et c’est drôle, à un moment donné, nous n’étions que de petites particules de matériel génétique flottant dans la mer.

Et notre environnement dont nous avions besoin était celui dans lequel nous étions.

Mais c’était presque comme, au fur et à mesure que nous évoluions, nous mettions des combinaisons, des sacs de peau, et nous pouvions maintenir notre environnement en interne. Et nous pourrions garder les bonnes conditions et les ajuster.

Et cela nécessitait toujours un calibrage, car il changerait et se décomposerait toujours, perdrait ce dont nous avions besoin et perdrait un certain équilibre. Nous avons donc développé règlement interne.

Et à tout moment, il y a juste une myriade de nutriments et de dérivés alimentaires dont nous avons besoin d'avoir des produits chimiques circulants, hormonaux, de messagerie.

Et il doit être gardé sur place, que tout se résume à le foie pour réguler toute cette combinaison spatiale que nous nous promenons en dehors de l’océan.

Abel: Et la plupart des gens ne réalisent pas à quel point nos foies sont taxés de nos jours. Et pas seulement par .

Oui, bien sûr. C’est drôle.

Pour beaucoup de gens, le foie signifie simplement que «si je bois trop, je serai blessé».

Ou "Si je l'étouffe dans des oignons et que je pourrais en manger un peu."

Abel: C’est le seul moyen de .

Ouais. Mais dans la vie moderne, il ya tous ces déchets qui sont des choses normales, et le foie est censé les prendre, les recycler et les éliminer.

Mais maintenant, nous avons tellement de substances qui sont déversées dans le même seau, et ce sont des ressources limitées.

Il faut utiliser des matières premières pour tout traiter, et il n’ya que trop de choses à travailler.

Et puis, c’est aussi une partie importante de la façon dont nous stabilisons notre énergie.

Il existe un équilibre entre l’énergie et le carburant, le poids corporel et la production d’énergie, ce qui fait du foie un lieu de dumping énorme.

Abel: Donc, en ce qui concerne les problèmes que notre corps doit affronter ces jours-ci. Dans le monde moderne, quand les gens entrent dans votre bureau, de quoi s'agit-il avec leur foie qu'ils ne réalisent peut-être pas?

Au fil des ans, j’ai réalisé que les plaintes principales que je vois sont des difficultés.

Et je pense que le gaspillage est une grande facette de cela, plus que même le poids, mais les gens y pensent en termes de poids. Et puis la production d'énergie.

Et tant de choses pourraient être liées à l'une ou l'autre de ces choses, ou à une combinaison des deux.

Et quand le foie fonctionne parfaitement, ces choses se résolvent d'elles-mêmes.

Nous n'avons jamais exactement l'énergie potentielle. Je pense à cela comme carburant. Nous n'avons jamais vraiment les besoins en carburant exacts pour un jour donné.

Si vous deviez remplir votre voiture avec cinq gallons, puis conduire exactement cinq gallons. C’est pourquoi vous avez des réserves dans votre réservoir.

Ce n’est jamais exactement ces besoins. Et c’est la même chose pour le foie et le carburant de votre corps.

Aujourd'hui, je l'ai fait ce matin. Je vais faire des trucs cet après-midi. Je mangerai plus ou moins de nourriture pour lutter contre la faim, mais je n’obtiendrai pas exactement ce que je mets.

Et lorsque vous êtes en bonne santé, si vous vous trompez un peu pour une raison quelconque, votre foie dispose de deux grandes zones de glycogène et de triglycérides qu’il peut utiliser pour convertir ce carburant en énergie potentielle et le stocker. Et c’est bien.

Vous n'avez pas subitement quatre kilos en plus et vous êtes misérable et gonflé. Vous avez juste plus de carburant dans le réservoir.

Et puis un autre jour, si je faisais les mêmes choses, mais que j'étais occupé et que je manquais un repas quelque part en cours de route, mon foie pourrait puiser de l'essence de réserve et compenser cette différence.

Vous ne seriez pas obligé d’écraser votre énergie, votre cerveau serait arrêté et deviendrait le.

Mais tout le monde le fait déjà. Tout le monde le fait dans une certaine mesure, mais c’est combien?

Lorsque l’énergie, le poids et l’appétit ne se synchronisent pas, le foie n’a pas la souplesse nécessaire pour maintenir son métabolisme.

Abel: Oui. Et le foie gras. Je pense qu’un qualificatif devant le mot foie le rend plus tangible, peut-être parce que je l’ai déjà mangé et que je l’ai déjà vu.

Mais l’idée que cela pourrait nous arriver à l’intérieur est surprenante et ressemble à «Oh, endommage le foie, peu importe. "

Il ne relie pas ces points de la même manière.

Mais foie gras, pouvez-vous expliquer ce que c'est et pourquoi nous devrions y penser?

C’est une grande chose. Il y a tout un spectre, et la pire partie de ce spectre serait fatale cirrhose et insuffisance hépatique.

La version la plus ancienne peut être juste une qui semble têtue.

Et ce qui se passe, c’est – j’ai parlé de ces deux dépôts de carburant, les triglycérides et le glycogène – le foie gras est tout simplement trop de triglycérides.

C’est tout, c’est trop.

Et lorsque cela se rapproche d’environ 5% de la masse du foie en poids, cela devient pathologique. Et c’est juste plein de graisse.

C’est juste un filtre plein de graisse. Ce n’est pas plus complexe que cela. Et toutes ces fonctions sont compromises.

Et ce qui est étrange, c'est qu'en médecine, nous pensons à nos tests, car une grande partie de ce que nous savons est basée sur ce que nous pouvons tester. Et certains tests sont utiles pour identifier les problèmes ou pour montrer qu'un problème n'existe pas.

Pensez à un test de grossesse, par exemple.

Si la fille a pissé sur un bâton et qu’elle a dit: «Vous êtes enceinte», eh bien, nous supposons que c’est correct.

Mais s’il est indiqué qu’elle n’est pas enceinte, nous supposerons également que c’est correct.

Mais si elle disait qu'elle n'était pas enceinte et qu'elle l'était, nous considérerions cela comme une faux négatif.

Et avec la stéatose hépatique, nous pouvons examiner cela par des tests sanguins ou des ultrasons, des tests d'imagerie ou des biopsies, et tous les tests couramment disponibles ont une taux astronomique de faux négatif.

Donc, vous devez être plutôt malade avant que cela ne se manifeste.

Personne ne fait de biopsie du foie comme outil de dépistage. Ils sont envahissants.

Mais une façon de faire est que… je vais juste inventer quelque chose. Supposons que j'avais un frère jumeau et que mon frère jumeau avait un foie endommagé et que je voulais lui donner du tissu hépatique à cette fin.

Je devrais subir de nombreux tests pour m'assurer que mon foie était raisonnablement fonctionnel. Je devrais montrer des tests sanguins de cela. Et montrez aussi que je n'étais pas , et faire une échographie.

Et une fois toutes ces étapes franchies, il me faudrait une dernière étape pour faire une biopsie du foie.

Et dans des circonstances comme celle-là, quand personnes en bonne santé vouloir faire un don de tissu hépatique à un proche après chaque cerceau avant la biopsie, 40% d’entre elles ne peuvent pas donner de tissu hépatique car elles ont le foie gras.

Abel: Wow, 40%.

Oui, 40% des adultes en bonne santé, ils ont maladie hépatique avancée.

Donc, c’est tout le spectre, et il y a des versions qui progressent à partir de là.

Mais honnêtement, la catégorie médicale, le terme utilisé est… c’est péjoratif. Je n’aime pas ça. Mais c’est trop gras, et ça veut dire quelqu'un qui a trop de graisse corporelle.

Et cela inclut trois choses: les personnes en surpoids ou obèses, ou celles qui ont un poids santé mais qui ne sont pas musclées.

Vous avez trop peu de masse musculaire, on l’appelle maigre, gras ou des choses comme ça.

Mais si vous regroupez ces groupes, ils font presque tous partie du continuum de la stéatose hépatique, et c’est ce qui motive la maladie.

Abel: C’est quelque chose que j’ai lu dans votre livre et qui m’a vraiment frappé, parce que vous entendez souvent des personnes en surpoids ou aux prises avec des difficultés diabète de type 2 avoir un foie qui se débat aussi.

Ce que vous n'entendez pas, c'est que le foie peut être un facteur causal en premier.

En fait, dans la recherche sur le diabète, ils utilisent le terme foie qui fuit.

Donc, si quelqu'un est diabétique, nous définissons cela par sa glycémie matinale à jeun, et la ligne dans le sable est de 126.

S'ils se réveillent le matin avant de manger, leur sucre aléatoire est toujours supérieur ou égal à 127, on les appelle diabétiques.

Maintenant, réfléchissons-y.

En supposant que ce ne soit pas une circonstance inhabituelle, ils ne se sont pas contentés de manger. Votre glycémie à jeun est un marqueur plutôt dynamique.

Donc, ce que vous voyez vraiment dans ce cas-là, c'est tout le glucose qui sort du foie tel quel. Ça ne venait pas d’un repas récent.

Et maintenant, ils ont placé la barre plus haut dans la technologie en matière de différenciation.

Vous pouvez vérifier votre glycémie et maintenant, avec une meilleure technologie, vous pouvez dire: «Hé, est-ce que cela vient de ce déjeuner que je viens de manger, ou est-ce que cela vient de ce que mon foie a lessivé?"

Vous pouvez donc distinguer cela.

Et de ceux qui sont diabétiques, plus de 80% de leur glucose vient de leur foie et ne vient pas d'un repas récent.

Abel: Wow, 80%.

Maintenant, le foie cependant, et cela provient d'un vieux manuel de Marathon que j'ai lu il y a des années, c'était à peu près 400 calories de glucose. Est-ce à peu près correct?

Combien de carburant y a-t-il?

Donc, place en termes de glucose.

Les deux carburants, le glucose sous forme de glycogène, est un glucose très dense. Les plantes produisent de l'amidon et les animaux produisent du glycogène.

Et c’est comme un radial en acier. Vous avez toutes ces chaînes qui sont des chaînes autour des chaînes, puis les tresses de ceux qui l'entourent sont à nouveau tressées, et chaque chaîne peut être composée de rangées de points.

Donc, c'est du glycogène. Donc vous avez ça.

Et tu as raison. Il n’ya pas une tonne là-bas, mais alors vous avez aussi triglycérides.

Et le glycogène, vous ne pouvez pas l’emballer aussi dense, mais vous en avez besoin pour faire un bon travail pour éliminer les graisses dans le foie, les triglycérides.

Donc, vous avez besoin d'un peu de mélange là-bas.

Et l'inconvénient est que lorsque les triglycérides deviennent si prédominants, vous perdez la place pour le glycogène. Et maintenant, vous venez de vous mettre dans un coin, parce que vous avez tout ce triglycéride et pas de glycogène pour vraiment le faire sortir.

Abel: Maintenant, les triglycérides ne proviennent pas nécessairement de l'ingestion de graisse alimentaire. Ces triglycérides viennent d'autres choses, non?

Nous pensons aux protéines, aux lipides, aux glucides et aux cétones exogènes. Et il y a aussi de l’alcool pour couvrir toutes les bases.

Et je retirerais des protéines. Il y a différentes choses à ce sujet.

Mais les autres, au niveau moléculaire, ont tous des propriétés distinctes.

Nous avons des graisses essentielles, nous en avons des fibres. Ils sont tous différents de différentes manières.

Mais quand ils vont dans le four, à ce niveau de conversion du cycle de Krebs en énergie dans le foie, ils sont tous oxaloacétate.

Ils sont tous la même chose quand ils sont finalement en panne.

Pour quelques autres, ils se ressemblent, ils ne sont pas chimiquement distincts les uns des autres.

Donc, le foie, il n’ya même pas de problème de travail, c'est une question de bien fonctionner quand il est trop plein.

Donc, je pense à un aéroport où il n’ya pas de place pour les avions, et ils disent: "Hé, reste là-haut dans le schéma."

Donc, si vous avez tous ces dérivés de carburant comme le glucose et les triglycérides avec lesquels vous aimeriez faire quelque chose, mais quand il n’ya plus de place, vous devez les laisser flotter.

Vous devez les laisser dans le sang.

Abel: Maintenant, quand il déborde comme ça ou qu’il fuit, comment ces 40% de personnes sont-elles arrivées à ce point?

Que s'est-il passé avant que le foie atteigne cet état?

Oui, c’est la question à un million de dollars.

Donc, trois scénarios peuvent exister dans différentes combinaisons, l’un étant que vous venez de recevoir trop de carburant.

Et toute personne, tout animal pourrait être nourri de force ou trop-nourri, et cela pourrait être des glucides, des graisses, des cétones, tout mélange de ces choses peut atteindre cet objectif.

Abel: C’est comme ça que vous obtenez un pâté de foie d’oie, non? En suralimentant littéralement.

C’est un peu dur, mais j’étais en train de le visualiser pendant que j’en parlais. Je pense que nous sommes psychiquement liés ici.

Mais oui, vous forcez assez de carburant et le foie finit par être surchargé. Donc, c’est un.

L’autre est que le corps ne brûle pas beaucoup de carburant pour diverses raisons, et c’est peut-être l’une de ses capacités, ce qui peut être un manque de sa capacité de combustion.

Et puis, l’autre concerne davantage les problèmes moléculaires qui empêchent le corps de brûler efficacement le carburant.

Et les grandes choses il y aurait des micronutriments qui ne sont pas présents, ou revenir à ce que vous avez mentionné à propos de la substances toxiques pour l'environnement.

Ces petites clés de singe qui pénètrent dans les rouages ​​et empêchent les réactions de se produire aussi bien qu’elles le devraient.

Abel: Et est-ce environnemental? Pharmaceutique? Que voyez-vous généralement?

Oui, les deux.

Ils peuvent travailler de différentes manières. C’est étrange, car je pense que beaucoup de micronutriments sont des cofacteurs.

Vous avez une clé et vous devez la mettre dans la serrure pour l'ouvrir. Et cette clé est comme un co-facteur. Une enzyme peut faire cela aussi.

Et il y a beaucoup de choses qui sont un peu comme cette clé qui tient dans cette serrure, mais elles ne fonctionnent pas vraiment bien.

Donc, vous obtenez une clé de rechange pour votre maison chez le serrurier et vous la rapportez à la maison. «Ah, ça ne va pas comme l’ancienne.»

Et peut-être que vous essayez assez fort et que ça s’arrête, et maintenant vous ne pouvez plus rien faire.

C’est donc ce que font les toxiques au niveau moléculaire.

Ils tiennent dans un récepteur d’une certaine manière, mais ils ne tournent pas vraiment le commutateur. Et ils pourraient même laisser l’interrupteur bloqué ou le bloquer.

Les substances présentes dans l'environnement, les composés, le plomb et le mercure, ainsi que de nombreux médicaments sur ordonnance agiront de cette manière.

Abel: Eh bien, je me souviens quand, et c'était il y a quelques années, Alyson et moi-même sommes venus dans votre bureau pour dépister les métaux lourds et faire une désintoxication. Et nous étions tous les deux très forts en plomb.

Même si vous essayez de vivre aussi propre que possible, pour beaucoup d’entre nous, cela n’est pas vraiment dans les cartes du monde d’aujourd’hui, n’est-ce pas?

J'ai récemment vu quelque chose qui ressemblait à une tonne de briques sur la tête.

Vous pouvez donc aller en Antarctique et faire des échantillons de carottes de glace un demi-mile de profondeur, et vous pouvez extraire le DDT à des quantités mesurables multiples par million.

Abel: Un demi-mile de profondeur.

En Antarctique.

Abel: Oh mon Dieu.

Oui, alors nous voulons faire de notre mieux, mais nous ne pouvons pas le faire parfaitement.

Abel: Alors, quels sont les toxines que la plupart d'entre nous traitons alors?

Vous avez mentionné que le plomb est un gros problème.

Et le problème, c’est qu’il en existe beaucoup, mais il en existe peu qui soient très mesurables.

Il y en a beaucoup. Les catégories principales sont les solvants, les pesticides et les métaux, ainsi que les composés plastiques.

Et il y avait des laboratoires qui mesuraient tout cela.

C'était difficile parce que vous pouviez le voir, mais ils avaient un catalogue de 20 000 produits chimiques que vous pouviez cocher, et vous ne pouviez obtenir qu'environ 50 par flacon de sang.

Donc, vous ne pouvez pas mesurer tout le monde pour tout, et beaucoup de ces choses sont enfermées profondément dans les tissus adipeux, le foie, le, etc.

Donc, ils ne sont pas toujours apparents.

Mais quand ils sont piégés, votre corps tente de les décomposer. Et il se coince à ce point de métaux.

Donc, sauf un accélérateur de particules, vous ne pouvez pas dégrader quelque chose au-delà de ce point d'un élément. C’est donc l’un des meilleurs moyens de simplement dire quel est le fardeau total.

Abel: Avez-vous une idée de ce que serait le niveau de toxicité dans le passé?

Le mesuraient-ils dans la journée?

Ils ne le mesuraient pas autant chez les gens à l’époque, mais nous l’avons fait dans l’environnement, et il existe de bonnes façons de suivre son évolution dans le passé.

Le plomb, en fait, plus que beaucoup d'autres, parce que le plomb et le calcium vont ensemble assez souvent de manière chimique.

La plomb finit dans les os, vous pouvez donc regarder des échantillons d'os archéologiques et avoir une idée de ce que les niveaux ambiants de plomb étaient dans le passé.

Vous savez, à Rome et dans l’Empire romain, l’un de leurs grands progrès a été la plomberie.

Le mot plomberie vient donc de plumbum, c’est le mot latin pour plomb. C’est pourquoi le plomb est Pb dans le tableau périodique.

Ainsi, les plombiers étaient des ouvriers principaux et, dans les zones autour de la Rome antique, les niveaux ambiants de plomb ont considérablement augmenté, environ mille fois plus qu’auparavant.

Et passé ce stade, ils ont encore augmenté de 2000 à 3000 fois.

À partir de ce moment-là, ils ont véritablement dégénéré au début des années 1900, 1920, 1930 et 1930 lorsque les automobiles sont devenues monnaie courante et que le plomb s’ajoutait à l’essence, mais aussi aux peintures pour l’intérieur.

Donc, ces choses ont fait un autre pic dramatique dans les niveaux ambiants de plomb.

Abel: Beurk. Et nous en sommes toujours aux prises. Il en reste encore une tonne.

Nous sommes. Nous avons un peu baissé parce que nous n’ajoutons pas ces éléments, mais c’est toujours là.

Donc, les niveaux ambiants continuent à recirculer, malheureusement.

Abel: Ok, alors avec les Romains, comment cela leur a-t-il joué?

C'est drôle. En fait, j’y suis allé profondément et certains historiens ont également compris les effets du plomb sur le comportement, l’impulsivité et l’agression.

Et les personnes les plus exposées avaient le plus de ressources. Ils avaient des poteries et des vases et des ustensiles en plomb, ainsi que la plomberie à l'intérieur et tout le reste.

Et certains ont fait valoir que Sans l'utilisation du plomb, Rome ne serait peut-être pas tombée.

Toxic Air & Water: Comment boire et mieux respirer

Abel: J'ai entendu la même chose. Ce qui est intéressant à ce sujet, c’est que nous avons encore de la plomberie.

Nous avons encore des tuyaux, il n'y a peut-être pas nécessairement de plomb, mais il contient certainement beaucoup d'autres choses.

Nous parlons maintenant des plastiques, des sous-produits, de la ventilation.

Je me souviens, cela fait en fait plusieurs années, quand je vivais dans le New Hampshire.

Je pense que nous avions des tuyaux de cuivre à l'époque, et je suis revenu d'un , ce que j’aimais faire, surtout dans cette partie du pays.

Et je viens de boire tout droit sorti du robinet, de l’eau de puits, vraiment de l’eau bien au milieu de nulle part dans le New Hampshire.

Je l'ai bu et je pouvais simplement goûter le cuivre. J'ai vomi en cinq ou 10 secondes.

C'était juste comme, pouah! C'est arrivé immédiatement.

Je ne pense pas que la plupart des gens ressentent cela, peut-être pas de manière aussi agressive. Pourtant, nous buvons tous à des pipes qui ne sont pas faites d’eau pure.

Alors, pouvez-vous parler un peu de la façon dont nous pourrions effectivement obtenir certains de ces sous-produits indésirables dans le très que nous buvons?

C’est énorme. Je recommande vivement à quiconque d'utiliser de l'eau purifiée et l'osmose inverse est simple.

Il existe des distributeurs qui font plus que cela. Mais, oui, totalement obligatoire.

C’est donc une grande chose. C’est quelque chose qui m’a surpris d’apprendre il ya quelque temps, mais notre la plus grande source unique est le en termes de masse mesurée de substances toxiques qui entrent dans notre corps.

Et nous avons travaillé dur pour rendre nos environnements intérieurs écoénergétiques, et l’inconvénient est tout ce qui se dégage de nos peintures, de nos faux bois, de nos tapis, qui reste ici et qui se concentre.

Abel: J'ai cet appareil qui mesure la qualité de l'air, je pense juste au-dessus de Bluetooth avec votre téléphone. C'était comme 70 dollars ou quelque chose comme ça.

Je l’ai compris il ya quelques mois et c’est saisissant.

Nous vivons à une altitude de 8 000 pieds dans les montagnes Rocheuses du Colorado, et cela dépend de la direction de l'air, selon que cela vient de Denver ou s'il y a des incendies de forêt ou ce que vous avez, la plupart du temps, la qualité de l'air est plutôt bonne .

Il est inférieur à 50, ce qui est considéré comme très bon. Mais j’ai vu des chiffres allant jusqu’à 400 ou quelque chose comme ça, juste au moment où l’air se passe de cette façon ou en cas de feu de forêt, ou peu importe.

Mais si vous rentrez dans des journées comme celle-là, vous vous écartez des palmarès. La plupart des gens ne réalisent pas à quel point cela est.

Et c’est là que la plupart des gens passent presque tout leur temps, avec des émanations de peinture, de moquette, de laque, etc.

Et aussi, il n’ya presque nulle part où aller.

Nous supposons que si elle est climatisée, elle nettoie tout, mais ce n’est pas vraiment comme cela que ça fonctionne, n’est-ce pas?

C’est bizarre, mais avec le foie, nous pensons à la régulation de l’énergie et à des maladies comme le diabète. De nombreux articles montrent maintenant que la qualité de l’air y est liée.

La recherche se fait d’abord dans des endroits où c’est plus dramatique, comme à Mexico.

Mais, à l'heure actuelle, le prédicteur du diabète est plus puissant que le poids ou le régime alimentaire.

Abel: Sensationnel. Et qualité de l'air la plupart du temps, cela ne s’est pas beaucoup amélioré.

Il y a beaucoup de marketing qui dit que c’est de temps en temps, mais surtout ces dernières années.

Lorsque nous sommes allés en Arizona près de Phoenix, l’air y est parfois horrible. Que faites-vous dans ce cas?

Oui, c’est difficile

Abel: Limitez-vous les activités extérieures, comme personnellement, je suis curieux?

Oui, certains jours, je le ferai.

Ou aller plus loin de mon chemin pour être plus haut ou un peu plus loin. Ou utilisez les purificateurs d'air et faites encore plus de choses à l'intérieur.

Mais oui, c’est une chose difficile.

Abel: Il est. L’une des choses que nous essayons de faire est de voyager dans le monde entier pour trouver un endroit où s’installer et chercher un endroit où l’air est pur. Et c'est étonnamment difficile à trouver.

Il est facile de s’en prendre à des villes comme Phoenix, Denver, Boston, New York, etc., notamment dans de nombreuses villes californiennes, mais ce n’est pas aussi simple.

Parce que lorsque nous allons à certains endroits, comme le parc national Rocky Mountain, par exemple, la plupart des gens pensent que c’est un lieu de beauté vierge, ce qu’il est.

Parfois, cependant, à cause de l’industrie et de la façon dont le vent souffle et parce qu’il n’existe pratiquement aucune réglementation dans l’ouest en ce qui concerne la quantité de merde que vous pouvez mettre dans la merde. , parfois, l’air est pire que les pires journées polluées de Denver ou de Phoenix, ou ce que vous avez.

Juste parce que c'est comme ça. C’est donc quelque chose que vous devez absolument suivre.

Et probablement, le gain le plus facile pour la plupart des gens serait de faire installer un purificateur d’air dans leur chambre, non?

Oh, bien sûr, oui. Je ne pourrais pas être plus d'accord. Et pour de nombreuses raisons, notamment lorsque nous sommes sédentaires pendant la plus longue période.

Lorsque nous y sommes, il y a beaucoup de façons dont nous sommes encore plus vulnérables à ces effets.

Alors oui, jeter juste un morceau de tissu en plus dans la chambre à coucher, obtenir un bon purificateur, c’est probablement l’une de vos principales priorités.

On y pense toujours, et c’est important, mais c’est aussi important, mais si vous deviez choisir, nous respirons beaucoup plus de volume que nous n’avons jamais mangé.

Que savons-nous réellement de la santé?

Abel: Et c’est si facile d’avoir des angles morts comme ça, non?

C’est comme: «Oh, je suis tout biologique, je mange la meilleure nourriture de tous les temps», et vous ne faites que boire eau en bouteille tout le temps. Parlons un peu de ça.

De toute évidence, nous avons tous besoin d’eau, mais quel est le problème avec l’eau en bouteille?

Eh bien, juste les sous-produits en plastique.

Il est fabriqué en plastique, puis expédié et stocké.

Et c’est étrange, car il ya deux façons de penser à votre prise de décision et la première est de savoir comment procéder dans un système juridique.

Nous avons des innocents jusqu’à preuve du contraire, non?

Et je pense que cela a du sens parce que les gens peuvent faire des erreurs dans les files d’affichage ou autre chose, alors c’est valable.

Mais il y a aussi le principe de précaution, qui est le suivant: "Eh bien, si nous n’en sommes pas sûrs, soyons prudents."

Et ce qui est triste, c'est qu'en matière de santé environnementale, nous utilisons des innocents jusqu'à preuve du contraire, plutôt que le principe de précaution.

Et pas seulement cela, nous utilisons innocent jusqu'à preuve du contraire de tout doute rationnel.

Abel: Absolument.

Ainsi, avec le plastique, vous entendrez parler de divers composés comme le BPA, disant «Oh, c’est affreux».

Eh bien, maintenant nous utilisons des BPF, et c’est toujours là. Et de nombreuses preuves suggèrent que cela est tout aussi mauvais.

Il est donc plus judicieux de prendre le principe de précaution et de dire: «Hé, regardons, on va juste minimiser notre exposition au plastique et dire que c’est bon pour le moment».

Abel: Dans votre livre, vous avez dit, et cela m'a beaucoup frappé: «Chaque nouveau jour semble apporter une nouvelle science qui annule toutes les évaluations passées."

Tu as tellement raison. De quoi s'agit-il?

C’est drôle. Il y a tout ce truc, ça a été appelé le hiérarchie des preuves.

Les gens utilisent des pyramides pour décrire cela. Et vous avez différents types de données.

Et beaucoup de types de données sont en réalité plus des idées, des spéculations ou des observations intéressantes, et ce sont de bonnes choses pour ensuite faire des recherches et ensuite faire de bonnes études de résultats solides.

Malheureusement, ils sont souvent très contre-intuitifs. Il existe deux principaux types de systèmes. Il existe des systèmes simples et des systèmes complexes.

Et cela ne signifie même pas compliqué, cela signifie simplement que les systèmes complexes sont en quelque sorte régulés de manière interne.

Aussi grand que soit notre galaxie, autant de pièces mobiles qu’il ya, c’est un système simple. Les étoiles ne se soucient pas d’où elles vont, pas plus que les planètes.

Vous pouvez trouver une formule comme la gravité est une constante, et vous pouvez à peu près prédire où les choses vont aller.

Mais les systèmes complexes, ils ont des mécanismes de réglementation internes.

Donc, l’écosystème ou un être vivant, vous ne pouvez pas simplement dire que cinq parties de cela signifieront cinq parties de cela, où vous pourriez dire cela avec gravité.

Et nous voulons toujours avoir cette formule simple: c'est bon, c'est mauvais, c'est le principe qui compte.

Mais il existe plus de 10 000 voies biochimiques connues qui affectent le fonctionnement de notre corps, et nous ne pouvons que dire que X agira comme Y lorsque nous avons observé X le faire chez un grand nombre de personnes pendant un grand nombre d'années.

Nous voulons toujours avoir une prédiction simple.

Et quand on regarde ce niveau d’études sur les animaux, d’études sur des éprouvettes, hypothèse, c’est le Far West. Vous pourriez trouver des tonnes de choses contradictoires.

Et le contenu contradictoire est médiagénique, excitant et contre-intuitif. C’est de là que vient la volte-face. C’est de là que viennent toutes les idées différentes.

Abel: Pensez-vous que cela a empiré récemment à l'ère d'Internet?

Ouais. Mieux et pire.

Quand je me suis lancé pour la première fois dans mon enfance, tout livre au hasard que je pouvais trouver dans la bibliothèque sur la nourriture, c'était un bonus ou une mine d'or, il y avait si peu d'informations du tout.

Et à ce stade, il s’agissait simplement de rechercher des informations, même pas qualifiées. Donc, les gens ont juste jeté leurs propres quantifications et c'était génial, c'était un trésor.

Maintenant, nous avons cette abondance de données, et le truc, c’est de savoir comment nous en tirer un sens et que faisons-nous quand il ya des experts en conflit et quand de nouvelles études contradictoires?

C’est donc le véritable art maintenant. Et comment pouvons-nous vraiment l'affiner?

Et vous ne pouvez pas dire que tout le monde est différent, tout le monde doit trouver des solutions par soi-même, parce que cela n’aide en rien.

Et la seconde, ce n’est pas tout à fait vrai. Nous sommes différents à certains égards, mais vous ne faites pas de photosynthèse. Nous avons à peu près la même chose ici.

Abel: Oui, il existe des modèles et des piliers de la santé qui ne changent pas dans une certaine mesure, non?

Ouais.

Abel: «À quel moment en savons-nous assez?» Est une question que nous voudrions peut-être nous poser également.

Parce que cela pourrait être discutable si nos grands-parents ou arrière-grands-parents en savaient assez pour être en assez bonne santé pour vivre une vie en bonne santé jusque dans les dernières étapes, non?

Eh bien, et c'est une chose amusante. C'est une chose à laquelle je pense aussi beaucoup.

Il y a une chose constante appelée le Équation malthusienne, qui soutient qu’une population d’animaux dans un environnement stable atteindra une limite supérieure maximale à laquelle l’environnement peut résister.

J'ai grandi dans le nord du Minnesota et nous avions des cerfs dans nos bois. Vous avez donc 40 acres et vous pouvez avoir, je vais en inventer un nombre, un troupeau de 100 cerfs qui y vivent.

Et si un an, il y a beaucoup de croissance et beaucoup de bourgeons d’arbres, peut-être que cette population atteindra 120 personnes.

Eh bien, ils mangent tous ces bourgeons, alors ils sont maintenant à 80, mais ils sont toujours à ce seuil.

Et pour nous, jusqu’aux dernières décennies, presque tous les humains vivaient dans cette équation. Donc, qu’ils soient brillants ou non, ils n’étaient pas trop nourris.

And almost everything that goes wrong with health, people talk about the belly fat or the subcutaneous fat, but honestly the organ fat, the stuff that builds up in the liver and the pancreas…

This is a top of a pen. That’s probably a couple grams, I’m guessing.

The mass of that much fat, which would be a lot smaller in the pancreas, that’s diabetic, to plug in that much fat to your pancreas, you’re now a diabetic.

Or to plug in that much fat, distributed evenly throughout the liver, now you’re close to liver failure.

Abel: Sensationnel.

Ouais. And we never had that potential before. Maybe not, because we were smart enough to choose broadly. We had no other choices.

And also, we were at that limit of our food availability. If we ever had more food, we had more kids and ate up the extra food.

Abel: Well, it’s so crazy to think about this, but my dad is 1 of 7, and the biggest reason that he was one of seven is because he grew up and my grandparents needed extra hands to help them on the farm.

And you think about even my generation, not to mention the one that’s after us, but how much has that changed in that period of time? Just a complete reversal.

And I think you may have mentioned this in your book, that back in the 1950s, 10% of people were overweight, somewhere around there, and these days it’s more like 70%.

By 2030, I read, it’s going to be 85%.

UNEs a physician, and as a person, and as a father, what do you think about that?

It’s the biggest problem we face.

And that’s just too heavy. If we throw in the under-muscled to where there’s too much atrophy to the muscle, that’s right now, per gender and per region, 80%-90% of the population.

Abel: Hou la la!

So it’s a fluke not to be there.

It’s an odd thing, because I hear stats about how now there’s more death from obesity than from infectious disease.

So that can be a half empty or half full type of deal. That can be like, “Wow, great. We’ve got less infectious disease deaths,” but there’s something else we have to deal with here.

Abel: And is that progress? And what are we progressing toward? You might want to ask as well, right?

Well, the part that excites me about this is that given the liver’s core role of this and the liver’s radical resiliency, you can theoretically lose most of your liver and it can come back again.

So, what I argue is that it’s not a matter of trying harder to starve because that energy, appetite, and body size if you just starve however, sure, you can change the body size, but energy and appetite don’t go where you want.

And then if you try to eat well and eat intuitive and , you may do better in a lot of health ways in energy and appetite but for those with weight struggles, they may not see that resolve and some can even have that go up.

So it really excites me that you can get a clean slate on your liver, and clear out that extra burden of triglyceride and restore the glycogen and not have to live on with dieting, but actually get it to where those things sync up again.

Abel: I’m sure you’ve seen this so much more than I have, but when people come in, in a state of illness, let’s say the liver is an issue for them.

The ability of the body to bounce back and heal, especially when you’re talking about the liver, is extraordinary, isn’t it?

That’s the cool thing. I tell my doctors that it’s so much fun to be doctors and not mechanics, because the mechanic, you’ve got bald tires and a loose bumper, those are two problems.

With the doctor, you could have a dozen symptoms that come down to one problem and if you resolve that core issue, the body will sort out a lot of the rest.

The 2 Biggest Factors in Chronic Health Issues

Abel: Is there a core issue that you’re seeing more of recently that people might not be aware of?

You know, this is a high level discussion.

You really got yourself to talk about these things. I’m just going to throw this out with your audience and just go a little further off the plans, but I really think about two big factors that you could boil almost all chronic health down to.

We’ve got infectious disease, you’ve got accidental disease but almost all chronic disease, the cardiac, the , the brain aging, even a lot of susceptibility of infectious disease, one of those would be a class of chemicals called adipokines.

And these are things that are made from that organ fat especially, and they drive the immune system, the detox pathways, the regulation. So that’s one.

The other category I would talk about would be the HPA axis. Many think about this in terms of adrenals and that’s why I talked about that in .

But yeah, one’s state of stress adaptation and then one’s level of adipokines.

If you could boil down to two variables, I think those are the biggest single factors that predict long-term health outcomes.

Abel: And stress is something that seems to be getting worse. People are wound up pretty tight and technology seems to be to blame.

It’s a weird thing. In a lot of ways, like kids today, I’ve got a 15-year-old son, a 20-year-old daughter, and they’re socializing. They don’t feel driven to learn how to drive.

For us, we probably like on our 16th birthday, you get your license to get out of the house.

Abel: Oh, it was a way to see the world, wasn’t it? Even for my generation it felt like that.

Totally.

Abel: Kids these days have already seen everything.

Well, and that’s the thing, is that they’ve scratched that impulse for social connection.

They feel like they have, but it’s almost like being filled up on junk food.

Now you’re full, and now you don’t want that broccoli, but you didn’t really get what you would have gotten from that broccoli.

So, you don’t really seem to get the , but in a way you feel like you don’t need to go out of your way to acquire that anymore.

Abel: Are there other things like driving that might be getting lost right now? Because it’s not just driving, right?

There’s a whole thing, there’s a whole right of passage that goes around it. It’s an entry way or at least it was into adulthood, freedom, independence, responsibility, what have you.

What else are you seeing?

Well, I’m not an expert on this, I’ve seen a bit of data arguing that in some ways, some of the bad things that were common among teen years are decreasing, so there’s that.

But for general health, the concerns are that chronic disease has really been on the uptake, and it’s really driven by those two factors, more than anything.

Abel: How do you raise your kids to be flukes in a good way? A fluke like you.

Well, I’m doing my best and I don’t think I’ve got it totally down.

But our son, we do a lot of outdoor time with him and take him backpacking quite a bit. He and I love to boulder and climb.

He didn’t really get the bug for endurance activities, like I have, so I go out of my way to do more of what he likes to do. And we connect pretty deeply in those ways and I think that’s important.

We would do a lot of our little rides, short rides around the house at our last place and we would talk about these various story ideas and I kept encouraging him to take time, and turn off the electronics, and think, and just write down these ideas.

And so he wrote his first book when he was 13 and finished a second one, a couple weeks ago.

Abel: No way.

He’s writing Sci-fi novels and he’s passionate about that, and literature. And he enjoys going deep in those ideas.

So yeah, I think if you’re exposed to things that are not just junk food and junk experiences that you would get a taste for them, they’re preferable.

Abel: I would say writing a book at 13 is better than driving anyway.

He’s pretty eager to drive, too.

The Danger of Over-Exercising

Abel: Agréable. Well, you have so many great things that I want to talk about here.

One that really stuck out to me was the people who attempted your reset program for the liver who didn’t get the full benefits, nearly all of them, you write, were , not under exercising.

Pourquoi donc?

I’m glad that you brought this up. This is something that is a really important mindset.

I think we’ve been led to believe that if we take care of ourselves… Say we have more weight than we want and than is healthy for us, if we do the things that are good for maintenance then that should all reverse.

And it’s so often not true.

So It takes being in a mindset about losing, dropping some inches as being a special project.

And what would pull you out of that, but may not be what keeps you out of that.

The regimens that work best for maintenance may not be the best regimens for dropping the weight.

So in the program I argue for taking 28 days and just doing pretty minimal activity.

I actually talk about some , so you’re still engaging your muscles.

But I want the body to be able to run on a really low fuel budget so it can pull out those stores more effectively.

And that’s one of the biggest pitfalls.

But after that, there’s mountains of data saying that those who maintain successful weight loss and health in a zillion ways are the ones who are active, but just not then.

Abel: Droite. Isn’t that interesting?

Well, it actually reminds me of when I did that , who started out at 352 pounds.

Really morbidly obese, having a lot of trouble.

Despite what the TV shows us, at the beginning, especially, he was doing very little exercise, very little physical activity, for the same reason that you talk about.

When a lot of people are , if they also start exercising in a really intense, aggressive way, especially if they’re not used to it, those things really start to fight against each other.

Parce que it’s hard to not overeat when you’re over-exercising. It’s just the way it is.

And it’s very easy to overeat the budget that you just exercised off, especially if you’re relatively new to exercising.

It’s easy to pump up your stress hormones really quickly, too much, all of a sudden. It’s just too much.

Yet you’re totally right, once you reach that maintenance threshold or stage in your life, things completely change, sometimes flip on their head.

What you were doing to get there can do the opposite of serving you once you get to that maintenance side.

So, how do you help people make that transition, because they’ll have a new body, right?

If they’re following anyway, over the course of the next few weeks, few months, their body will be changing and it might actually be more enjoyable and actually fun again to start exercising once you can see the light at the end of the tunnel, right?

For sure. And part of that’s just change from size, but a lot of it is change from chemistry.

Many people do not reach what their target is in 28 days, but then what I’ll encourage is being stable for a period of time, and I talked about certain frequencies that are safe to repeat.

But, yeah, for sure, when you got come to that place, exercise is a pleasure, you enjoy it.

Your body wants to move and feel vibrant and alive, and it’s a whole different experience.

Abel: And I think you’re such a great poster person for that, because unless there are videos, and I’m sure there are, but going hiking with you and your son, I had the pleasure of doing that.

You’re both jumping, climbing, balancing on almost everything the whole time.

How do you develop that and why would you?

I think that there’s a lot of our brain wrapped up into managing three-dimensional terrain that we don’t get to challenge enough.

And for sure movement of any type is better, more is better than none. But were really not made to make us happy cogs in a corporate modern wheel.

They were made to help us navigate treacherous environments, and not get killed, and find food, and get , and get a baby out every now and then.

So when we’re in situations that require us to use balance and agility and thought in those ways, that’s a huge thing for maintaining good, alertness, cognitive capacity, also mood, offsetting negative .

Abel: And that kinda requires doing unpredictable movements in unpredictable terrain, and challenging yourself to do it in a way that’s fluid, almost like a squirrel on a telephone wire, right?

You have to let go at some point.

Yeah, and anyone can do that at a level that’s appropriate for them.

Just hiking is a great start for that. Just being on some uneven terrain, or even just being around vegetation and geologic structures outdoors, it radically shifts how the body works.

Abel: And the vision and the brain, so many things about it are good for us. Hopefully there’s some fresh air in there, as well.

We have time for a couple more, but let me ask you, what am I missing here?

There’s one more thing that I definitely want to talk about, but I want to leave some space. Is there anything that you’d like to bring up?

We’ve covered a lot of good bases. Let's plonger po

The Problem with Health Hacking

Abel: Let’s go right to this. You do a little bit of ripping on the word “hacks” especially health hacks.

These days, and you say something that’s, I think, brilliant, “You cannot hack a garden.”

Well you can, but you wouldn’t want to.

If I said you can’t that would be a misnomer, because you can hack a , just probably not what you want to do.

Abel: But I think it’s a really good point, especially in the age of the internet, when words can be used as weapons or as hype tools or what have you.

What’s the matter with the word and concept of health hacking?

Well, that’s funny, because there’s a lot of people who embrace that term, they’re saying a lot of fine things, so I don’t want to divide.

But I think there’s something behind that and I guess that goes back to the complex and the simple systems.

The complex systems, we have to nurture them and we have to understand that they have this internal wisdom.

I’m a naturopathic physician, we’ve got a two-century lineage, and they talk about this healing power of nature, this wisdom of the body.

And I guess I don’t think about there being some magical glow-in-the-dark force that floats around, but there’s just a powerful tendency towards moving this…

All the universe is driven by entropy, and then life reverses that.

Life has this capacity of taking things in disorder and making them into greater order.

So you can always find some chemical pathway and think, oh, this is the one that matters, and this pathway is sped up by this and slowed down for that, so if we just do more of this and less of that, we will then game the system.

Well, that pathway is also connected to this other pathway, which will slow down if this one speeds up.  And that goes on just about forever.

So, you can’t really find one thing and one variable and say let’s just take that to the moon and call it all good. It has to be part of the big overall system of the body.

Abel: Well, it’s kind of like racing a car or something and just slamming down on the gas the whole way and being like, “I’m going faster. I’m red-lining. This is a good hack.”

But that obviously doesn’t turn out so well if that’s the way you think about it.

The other tricky part is that our self-judgement and our intuitions can be wildly misleading and wildly accurate.

We could do something that has no effects, but if we feel strong convictions about it or if it really makes sense with our understanding of how the body works, that itself can be powerful.

You can talk about SIBOs, and then the opposite, the no SIBOs.

If we fear harmless elements of food and we develop a lot of complex ideas around that fear, that can be as harmful to us as a knife in the stomach.

So that’s the difficulty about taking things too far based upon speculation is that you could create things that seem to work but take you in the wrong way long-term.

Or you could preclude yourself in things that could be helpful based upon these short-term errors.

Abel: And there’s always this tendency to look for that silver bullet, yet nature considers itself the whole. It’s an ecosystem and so is the body.

And I’ve used the word hack, I tried it and decided I don’t like the word. And I think the reason is because if you have this idea that you’re being hierarchical with the needs of your body and you’re going to control your body, you’re going to tell it what to do.

You’re going to get it to this weight and this body fat, and at some point your body’s not going to like that very much, and it might stop following every little whim that your brain has.

I’ve read studies in performance about changing fuel ratios to make the body burn more of this or burn less of that.

And in the big scheme of things, our bodies will burn what they need to burn, and they’ll tap into whatever they can tap into.

Our whole goal is to survive, and we don’t change that.

You can’t teach a car to run differently by pouring something different inside of it, it’s already set up to burn things the way it will.

And if it’s got multiple fuels, it’ll adjust however it best sees fit.

But, yeah, there’s so much wisdom there that we think we can just change some inputs, now the whole system will think, “Oh, okay, I guess I have to do that.”

No, it’s complicated. It’s self-regulated.

Abel: And in the Western world, we treat the body much more like a mechanic would a car, whereas there’s this one thing wrong, it’s this one pathway or what have you.

But it’s really through cooperation with your body, through listening to your own body and becoming your own self-reliant guru of ecology, at least of your own body.

That’s really hopefully the thing that people are trending towards, at least at the maintenance stage.

It’s a dance. You need to, like you were saying with the population of deer, you need to stay within… I don’t want to say the boundaries, but you need to dance with whatever is going on.

It’s a moving target.

Well, the other thing I think a lot about, too is that the situation we’re in is largely unprecedented.

And we can look to, there’s been large epidemiologic studies, and there’s data from our distant past. And we should be inspired from those things.

We should learn from those, but we have to realize that a lot of things took place in environments that are not the same as ours are now, in terms of chemical exposure and things like the phones.

So the real trick is figuring out how we can make sense of this given the facts on the ground.

Where to Find Dr. Alan Christianson

Abel: Well, I can’t believe it, but we’re just about out of time. Your work is so important, Dr. Christianson. It has been for a long time.

I’m glad that we’ve known each other for a while at this point.

For those who are listening and would like to know more, where can they find you, and what are you working on right now?

Your best source is . That’s the easiest place to find all that.

And I’m working on the next book. And I’ll share this with you. There’s two directions I’m playing with for my next book.

One of them might be the invisible illness, it might be about how there’s normal symptoms that our adipokines, our stress load, can cause to come and go.

And I think many have chased various bad diagnosis and got stuck in spirals of problems that weren’t that solid.

And so I won’t be able to really understand how you can really make sense of what is a real medical condition and what’s not.

And then when they know what’s not, it’s still real, but how do you address that? How do you go take care of many of these newest symptoms?

So that’s one.

The other one is that I think we’ve been on this arc of almost like a “gotcha game” of this food you thought was okay, that now really isn’t because it’s got this thing in there.

So I want to reverse that arc, I want to talk about how a variety of food categories can be an important thing.

And also, a lot of the science that we’re excited about in our clinic, about how to reverse the intolerances and sensitivities, how to get back to a full spectrum of healthy natural foods.

We’re not talking like Twinkies, but how to really have a good variety of good simple foods again, and do well from that.

They both will come out, I’m not sure about the order.

Abel: Well, right on. I’m sure it will create a whole new army of flukes around the world. And let’s hope it does.

Dr. Christianson, always a pleasure. Thanks so much for coming on the show.

Likewise. Happy to see you, too.

Before You Go…

Here’s a review that came in from Eric. He says:

Hello Abel, I just want to write you a quick thanks.

I have been following you for a little over a year and appreciate all you do.

My 23 year old son came home to live with us earlier this year, overweight and out of shape.

He was always in great shape and a star athlete, but after a year of eating whatever and whenever, combined with no exercise, he needed a change.

So I put him on the “Wild Diet” with moderate weight training, and high intensity cardio once a week.

The results were shocking. My wife (who is a fitness trainer) and I were speechless.

He lost 45 pounds in just under 12 weeks. He is now healthy, happy and in great shape.

Thanks again Abel, you are the man.

Wow, jeez, I can’t take credit for any of that, but Eric, thank you for writing in and please give your son my best. That is incredible.

45 pounds, especially at a young age like that, is just… It changes the person who you feel like, right?

And one of the biggest problems that happens, and you see this over and over again, is that these great athletes, especially in high school and sometimes in college, don’t have practice anymore. They have to take that 9 to 5 sedentary job.

They don’t have the community that their team provided.

I went through some of this myself. Real life doesn’t build those workouts in for you. It doesn’t build that community in for you. You’ve really got to do it yourself.

You’ve got to take the responsibility to make sure that you’re practicing good health on your own and also practicing self-defense against some of the ridiculous food that’s out there.

But in any case, congratulations to you and your family. It’s no small feat. Especially when your family’s involved, it can be extremely difficult to try to change anyone’s habits.

So kudos to you guys. Keep in touch, and drop a line anytime.

Whether you’re looking to drop a few pounds, maximize performance for your next competition, or simply stay young and energetic, you need a name you can trust.

That’s why my wife Alyson and I created Wild Superfoods.

After Alyson and I learned we were high in lead from the tests Dr. Christianson gave us, we explored natural ways of detoxing heavy metals and other toxins from our bodies.

Chlorella et spirulina are two micro-algae organisms that are revered as powerful superfoods in many traditional societies, and in combination are effective at detoxing, especially heavy metals from the body.

These 2 superfoods algaes are some of the top ingredients in our new superfood powder from Wild Superfoods called Future Greens.

The organic spirulina in Future Greens has shown to be an effective chelating agent for removing toxins such as mercury, lead and even radioactive substances from the body.

Chlorella contains proteins and peptides which are effective at binding to toxic metals and ushering them completely out of the body. And the chlorophyll in chlorella also aids heavy metal detoxification.

Our nutraceuticals and cutting edge health supplements are literally the products we’ve been taking ourselves daily to upgrade our nutrition and optimize our health for the past 3+ years, and we’re extremely excited to say Wild Superfoods is finally ready for you with much more to come.

When you buy from Wild Superfoods, you’re supporting a small family business, not a massive faceless corporation.

We don’t have any investors or stockholders to please, so our priority is you.

We want to help you become as healthy as you possibly can be.

Also, starting our own family company, it’s kinda cool, has made it so we can create these shows for you without outside sponsors clouding our message of health.

So if you believe in what we do, please check out . We think you’ll dig it.

And as a listener of Fat-Burning Man you can save over $80 on a one-time purchase or .

Also, you can get free access with Subscribe and Save to our Fat-Burning Tribe, coaching and meal planning community.

That place is awesome. I will see you in there. It’s usually at least $27 a month. So check out , if you want to get the tribe for free. We think you’ll like it.

So all you have to do, is head on over to to order your very own health-boosting goodies for a big time discount.

What did you think of this interview with Dr. Christianson? Laissez un commentaire ci-dessous pour partager vos pensées!